Thérapie des Acouphènes
Acouphènes - Audition - Stress Chronique
Les acouphènes (Tinnitus) :

Les acouphènes sont un phénomène complexe que la science a du mal à comprendre parfaitement. Néanmoins, le système auditif, le somatique et l’émotionnel sont étroitement liés. La plupart des personnes qui déclenchent des acouphènes sont souvent des personnes qui dépassent trop souvent leurs limites, qui vivent dans un stress chronique important, qui ont vécu un choc émotionnel violent et qui se retrouvent dans un mode “Alerte rouge” permanent.

Le but sera d’apprendre des techniques pour calmer le mode “Alerte rouge” et passer dans un mode “Calme”. Ainsi en développant des nouvelles stratégies de détentes (plasticité cérébrale), votre audition cessera progressivement de “trop écouter”.

La sophrologie, la pleine conscience, le sport, l’alimentation, le sommeil, la santé holistique sont des techniques/modes de vie qui vous permettront de répondre à la problématique de vos acouphènes. Avec le temps, vous réaliserez que vos acouphènes sont un baromètre interne qui vous permettra de mieux vous connaître.

Un peu d’histoire du côté de la science :

L’acouphène” également nommé “Tinnitus”, vient du grec “Akouein” (entendre) et de “Phainein” (apparaître). Il s’agit en fait d’une sensation auditive interne qu’une personne entend par intermittence, en permanence, dans une ou les deux oreilles et/ou dans la tête. Les sons entendus ressemblent à des bourdonnements, à des sifflements, à des bruits électriques (…). En réalité, nous trouvons une multitude de sons.

Les premières descriptions de ce phénomène auditif interne remontent à l’époque d’ARISTOTE (384-322 avant notre ère). Jusqu’au 18ème siècle, l’acouphène était considéré comme une maladie mentale. C’est à partir du 19ème siècle que la science s’est véritablement penchée sur ce symptôme.

À partir du 20ème siècle, en 1934, le médecin ORL J.B COSTEN remarqua une relation entre les problèmes de la mâchoire (ATM) et des troubles auditifs. Ce syndrome est aujourd’hui bien connu par les dentistes sous le nom du SADAM.  En 1980, le professeur américain Pawel J. JASTREBOFF, père de la TRT (Tinnitus Retraining Therapy) observa une relation entre l’acouphène et le stress chronique.

Aujourd’hui, en 2021, les travaux du Docteur Susan SHORE s’orientent vers un lien entre les problèmes d’audition et le somatique (le corps). Le noyau cochléaire dorsal (dans le cerveau) est une sorte de carrefour où se rejoignent les informations auditives et les informations somatiques (visage, mâchoire, cervicales, cou, épaules…).

Ce travail est également corrélé par les chercheuses Agnès JOB & Chantal DELON-MARTIN. Leurs recherches suggèrent une nouvelle compréhension dans le mécanisme des acouphènes notamment avec la “proprioception kinesthésique” dans l’oreille moyenne.

Je vous laisserai découvrir les travaux de Julian COWAN HILL, thérapeute à Londres, qui apporte énormément d’éléments sur le lien “Stress-Audition”.

Ce qui ressort des différentes découvertes scientifiques majeures sont les points suivants :

  • Perturbation dans le système auditif
  • Hyperactivité musculaire du visage, des mâchoires, du cou, des épaules (…)
  • Stress Chronique & Anxiété
L’Audition & le Stress :

Le sens de l’audition est principalement là pour nous prévenir d’un danger. L’audition et l’émotionnel sont étroitement liés. Pour illustrer cette affirmation, j’utiliserais un exemple que de nombreuses jeunes mamans connaissent bien.

Lorsque qu’une maman dort profondément et que son bébé se met à pleurer en pleine nuit, il est fort à parier que la jeune maman se lève en sursaut pour aller voir son enfant. L’alerte donnée par son bébé va activer en elle une réaction primaire naturelle qui consiste à aller voir si son enfant va bien.

Cet exemple démontre que notre système auditif va se focaliser sur un éventuel danger. Par la suite, notre corps va enclencher tout un processus pour répondre à l’événement : C’est le stress.

Le mécanisme du stress se décline en trois comportements :

  • La Fuite
  • Le Combat
  • L’Inhibition

Le stress, contrairement à ce que beaucoup pense, est une très bonne chose. Sans lui, nous ne serions pas là aujourd’hui. Le stress devient embêtant lorsqu’il devient chronique. Le mécanisme du stress fait appel à énormément d’énergie. Si ce dernier devient chronique, nous allons progressivement résister, nous fatiguer, nous épuiser et créer des symptômes qui tendront potentiellement vers la maladie.

FAQ | Thérapie des Acouphènes

Oui, c'est nécessaire.

Votre ORL vous fera un bilan ORL complet. Il vous informera des procédures à suivre si il constate une problématique médicale majeure.

Si certains praticiens vous disent qu'il n'y a rien à faire, ne paniquez pas. N'oubliez pas que la médecine conventionnelle n'explique pas encore parfaitement ce symptôme. Et franchement, si un médecin vous dit qu'il n' y rien à faire en 2021, levez-vous, dites-lui merci et quittez son cabinet.

De plus vous allez alimenter vos peurs, vos colères, vos frustrations (...). Et croyez-moi, les acouphènes sont friands de ce genre d'émotions.

Les neurosciences modernes le démontrent bien aujourd'hui, l'audition est étroitement liée à nos émotions (comme beaucoup de choses).

Deux autres petits exemples pour démontrer ce propos :

  1. Vous êtes dans une soirée avec beaucoup de bruit (musique, gens qui parlent). Un petit peu plus tard, vous souhaitez dormir un peu mais sur place. Vous vous endormez tranquillement et les sons ne vous dérangent pas. Conclusion : Vous passez une bonne soirée, vous souhaitez dormir un peu, les sons sont forts mais ils ne vous dérangent pas.
  2. Vous êtes dans votre chambre, seul et vous êtes stressé par votre collègue de boulot qui vous énerve depuis un bon moment maintenant. Vers deux heures du matin, vous entendez un bruit de grattement sous votre lit. Vous regarder dessous et vous voyez une souris qui gratte le dessous de votre matelas. Conclusion : Vous êtes stressé, vous souhaitez dormir, un événement inhabituel arrive, les sons sont faibles mais ils vous dérangent.

Ces deux exemples montrent bien que notre audition et nos émotions sont étroitement liés.

Une personne anxieuse peut développer des maladies psychosomatiques (problèmes de peau, problèmes cardiaques, acouphènes, douleurs musculaires chroniques...). Notre corps nous envoie des signaux et la plupart du temps, nous passons à côté. Jusqu'au jour où c'est le carton rouge qui arrive dans notre vie.

Chez certaines personnes, les pertes auditives peuvent créer des acouphènes. Le cerveau va essayer de "compenser" les informations qu'il ne perçoit plus.

Sachant que l'audition est le sens qui nous prévient d'un danger, le cerveau va avoir besoin des informations sonores pour mettre en place un mécanisme de "stress" pour permettre au corps et à l'esprit de "réagir" à la situation. Ce sont les trois comportement du mécanisme du Stress : Fuite - Combat - Inhibition.

Les acouphènes peuvent être comparés à une "alarme", ce qui va auto-entretenir le mécanisme du Stress Chronique.

Néanmoins, il faut savoir que certaines personnes avec des pertes auditives n'ont pas d'acouphènes. De plus, certaines personnes qui n'ont pas de pertes auditives peuvent avoir des acouphènes.

Mais encore une fois, nous vivons dans une société moderne ou le son est vraiment "trop fort" et/ou "le son est de mauvaise qualité" (lecteur mp3, écouteurs intra-auriculaires, bruits de la ville, trafics routiers, cinémas, concerts, bars, restaurants...).

L'idéal serait de vous faire faire des protections sur mesure pour les ambiances avec des sons très forts. Pour un système d'écoute musical de qualité, voir FAQ | Formats d'écoute pour la musique.

Si vous avez des problèmes d'audition, prenez RDV avec votre ORL. Si besoin il vous proposera de rencontrer un audioprothésiste.

Oui, les problèmes de mâchoire (ATM) peuvent créer et/ou augmenter la perception des acouphènes, ainsi que des problèmes au niveau de l'audition (pertes auditives, audition bouchée...). Mâchoire et oreilles sont étroitement connectés.

Les tensions dans la mâchoire peuvent créer des douleurs dans différentes zone de la tête, des oreilles, des cervicales, des épaules (...).

Par ailleurs, les tensions au niveau de la mâchoire (bruxisme) sont souvent la conséquence d'une anxiété, d'une frustration et/ou d'une colère.

Vous pouvez aller voir votre dentiste, votre kiné ou votre ostéopathe pour faire un bilan.

Certains médicaments peuvent être ototoxiques. Ils peuvent créer des pertes auditives et des acouphènes.

Parlez-en avec votre médecin pour plus d'informations.

Vous êtes un furieux mélomane et vous souhaitez garder une bonne audition?

Les formats audios les mieux adaptés sont des formats non compressés avec une belle dynamique.

01-Fréquence d'échantillonnage & profondeur de bits :

Aujourd'hui certaines plateformes de téléchargement vous proposent de la musique numérique en qualité Hi-Res 24 Bits jusqu'à 192 kHz. C'est un peu n'importe quoi car vos oreilles n'entendront jamais cette bande passante. De plus ces plateformes de téléchargement musicales font payer chères les fichiers audios Hi-Res en très haute résolution.

Certains DAC "digital to analog converter" ou "convertisseur numérique-analogique" proposent même du 64 Bits de résolution et 768 kHz en fréquence d'échantillonnage en 2021.

En réalité, ces données numériques élevés servent pour le mixage et le mastering. En effet, plus un son sera de qualité, plus il pourra être travaillé (comme le format RAW en photographie par exemple).

Par exemple 24 Bits - 192 kHz veut dire :

  • 24 Bits correspond à la "profondeur de bit".
  • 192 kHz correspond à la "fréquence d'échantillonnage".

La fréquence d'échantillonnage :

Elle s'exprime en Hert (Hz). L'oreille humaine peut entendre une bande passante comprise entre 20Hz et 20kHz (perte des aigus avec l'âge). Le standard CD est de 44,1 kHz (44 100 Hz) par exemple. Cela veut dire que pour chaque seconde, nous aurons 44 100 échantillons joués. Pour reproduire avec fidélité l'ensemble des fréquences audibles pour l'humain, il faut que la fréquence d'échantillonnage soit égale au double de la fréquence maximum audible par l'humain, soit 20kHz (20 000 Hz). C'est pourquoi le CD (44,1kHz) permet de recouvrir le spectre jusqu'à 22 050 Hz (44,1kHz/2).

En conclusion, plus la fréquence d'échantillonnage sera élevée, plus nous entendrons les sons dans leur globalité avec une belle qualité.

La profondeur de bit :
Elle s'exprime en "bit". Cette valeur va agir sur le taux de dynamique disponible en décibel (dB). Pour 1 bit, nous aurons 6 dB de dynamique. Le son oscillera donc sur 6 dB en 1 bit.
Donc en 24 bits, le son oscillera sur (24x6) soit 96 dB.
Donc en 32 bits, le son oscillera sur (32x6) soit 192 dB.

En conclusion, plus la profondeur de bit sera élevée, plus nous aurons un son audible et restitué naturellement.

02-Dynamique sonore & compression :

La dynamique sonore correspond aux sons les plus forts et aux sons les plus faibles d'une musique ou de l'audio d'un film.

Dans les années 90 et 2000, les producteurs musicaux de l'époque (et encore aujourd'hui) savaient que les musiques fortes procuraient encore plus de plaisir (dopamine par exemple) et que l'auditeur était susceptible d'acheter plus facilement les musiques en question. C'était la course à la musique la plus forte, du pur marketing au détriment de nos oreilles.

Les ingénieurs du son de l'époque "compressaient" au maximum les mixages et les mastering des musiques pour qu'elles sonnent extrêmement fortes. Le principe de la compression sonore (compresseur) est de : baisser les sons forts, remonter les sons faibles, mélanger le tout et remonter encore plus fort le tout pour atteindre le 0 dBFS ("seuil maximum d'amplitude avant écrêtage du signal" ou "saturation").

C'était par exemple la mode des albums "remasterisés". Bref, la musique ne respirait plus et nos oreilles en souffraient. Sans compter que les artistes de l'époques devaient se "plier" à ces normes sonores.

Depuis les années 2010, les ingénieurs du son ont heureusement compris qu'il fallait retrouver une plus belle dynamique sonore que d'avoir une musique criarde et sans vie. Et c'est tant mieux.

03-En conclusion :

  • Avoir un lecteur audio ou DAC en Hi-Res avec des enceintes de haute qualité.
  • Le mieux est de vous procurer un format audio Hi-Res en 24 Bits jusqu'à 96 kHz en WAV, AIFF, ALAC ou FLAC.
  • Si le fichier est trop lourd, vous pouvez choisir une qualité en 16 Bits - 44,1 kHz en WAV, ce qui correspond à la qualité d'un CD (oui, ça existe encore en 2021).
  • Et surtout le MP3 = poubelle (même en 320 kbps). Et oui, ce format est trop compressé et ce n'est vraiment pas bon pour vos oreilles.
  • Écoutez de la musique qui n'a pas une dynamique sonore trop compressée.
  • Prendre des casques "fermés" de qualité pour les extérieurs bruyants (pour éviter de mettre trop fort) .
  • Prendre des casques "ouverts" de qualité pour un usage domestique ou en studio (se rapproche le mieux d'un son de haut-parleurs).
  • Faire des pauses en silence.

La musique c'est un peu comme l'amour, on se protège quand c'est nécessaire.

Vous pouvez en parler avec un audioprothésiste, aujourd'hui vous pouvez vous faire faire des protections auditives sur mesure. Vous avez la possibilité d'avoir un retour directement dans vos oreilles avec un volume sonore adapté (In-Ear Monitoring).

Si vous avez des acouphènes, vous allez devoir développer de nouvelles stratégies de travail.

Pour les ingénieurs du son en studio, le mieux serait de travailler avec des niveaux sonores moyens corrects (environ 60 à 70 dB). Alterner le travail au casque (fermé/ouvert) et avec les enceintes de monitoring.

Pensez également à faire des pauses dans un endroit calme.

Rendez-vous & Coordonnées

3 rue du Fief d’Anjou
44310 Saint Colomban

Mail : contact@nicolasalbert-sophro.fr
Sophrologie : www.nicolasalbert-sophro.fr/
Arts  Visuels & Sonores : www.nicolas-albert.com/